Le jeûne intermittent

Tout le monde a déjà entendu parler au moins une fois dans sa vie des bienfaits du jeûne. La chaîne Arte lui a même consacré une soirée thématique pour démontrer ses vertus thérapeutiques. Nous avons tous conscience que notre appareil digestif n’est jamais vraiment au repos et pompe beaucoup d’énergie pour digérer les plats que nous ingurgitons tout au long de la journée. Seulement, avec nos modes de vie et nos peurs de manquer, il n’est pas aisé pour la plupart d’entre nous de jeûner pendant sept jours d’affilée, d’autant plus que cela sous-entend un temps de repos, du calme et de la préparation en amont.

Pour les citadins, parents ou employés zélés que nous sommes, il existe une solution intermédiaire pour connaitre un regain de vitalité sans pour autant envisager un long repos du système digestif. Il s’agit du jeûne intermittent, qui consiste à alterner des journées ou des demi-journées de jeûne avec des journées d’alimentation normale. C’est accessible à tout le monde, et cela permet de repousser nos limites pour augmenter petit à petit les temps de repos digestif.

Comment pratiquer le jeûne intermittent ?

Vous pouvez commencer par sauter le repas du soir ou manger de façon plus légère (une soupe, un bol de légumes crus ou cuits à la vapeur douce par exemple). La nuit, le corps se libère des toxines (endogènes et exogènes), durant notre sommeil, notre corps met en place un système d’élimination des déchets. On ne dépense pas d’énergie car nos organes digestifs sont au repos. Le matin, si l’on ne mange rien, on reste dans ce système d’élimination. L’énergie que l’on dépense habituellement pour digérer va être disponible pour autre chose. C’est pourquoi, quand on fait du sport à jeun le matin, on a beaucoup d’énergie… alors qu’on a le ventre vide ! N’oublions pas que notre organisme a en stock des tas de nutriments, du glucose et des lipides pour nous aider à gérer ces moments de « vide alimentaire ».

Pour continuer le jeûne de la nuit, il vous suffit donc de n’avaler aucun petit-déjeuner (vous pouvez boire un peu d’eau tiède ou à température ambiante) mais ne buvez pas de thé, de tisanes ou autre boisson à base de principes actifs. Vous pouvez ensuite déjeuner de façon normale ou bien, si vous vous sentez bien, pourquoi ne pas poursuivre votre jeûne jusqu’au repas du soir, d’ailleurs rappelons au passage que le mot déjeuner signifie « sortir du jeûne ».

L’idée étant bien sûr de rompre votre jeûne sur un repas équilibré, pas sur du poulet frit et des parts de pizzas, einh, sinon ce serait complétement contre-productif !

Allez-y progressivement, commencez par retarder petit à petit l’heure de votre petit déjeuner, vous verrez que vous arriverez au bout du compte à sauter le petit-déjeuner sans ressentir de faim ou de coup de barre. Allez-y pas à pas, cela vous permettra de sortir de votre zone de confort sans difficulté. Essayez de faire un jeûne intermittent une fois tous les 15 jours, puis une fois toutes les semaines. Ça peut être utile quand vous avez la grippe ou une bonne gastro pour permettre à votre énergie vitale d’être au service de la guérison et non de la digestion, vous me suivez ? Moins vous mangez, plus vous récupérez vite.

Profitez du weekend pour tester votre premier jeûne intermittent, ce sera plus facile car vous pourrez vous relaxer, prendre le temps de vous réveiller en douceur ou encore trainer au lit. Plongez-vous dans une lecture inspirante, ou partez marcher en plein air avec votre animal de compagnie. Faites-vous un soin (masque, bains de pieds…) afin d’être zen et donc de bien vivre cette période de »privation » de nourriture.

Mon expérience…

Je fais partie de ces gens qui se réveillent le matin grâce à la nourriture. J’ai toujours eu du mal à sauter le repas du matin, pour moi le petit-déjeuner c’est sacré ! Le fait de faire des jeûnes intermittents etait donc une grande nouveauté dans mon hygiène de vie. Je trouve que cela me permet de prendre conscience de nos besoins physiologiques, ma digestion est améliorée, je vois que je peux me passer de manger pendant plusieurs heures sans pour autant être fatiguée et je suis donc plus à l’écoute de mon corps. Je me suis rendue compte que certains jours, je n’avais tout simplement pas faim. Avant, je mangeais donc souvent un petit-déjeuner par habitude. Cependant, c’est encore tôt pour constater des effets plus flagrants sur ma santé car cela fait seulement quelques mois que je pratique le jeûne intermittent. De même, je suis en bonne santé donc je ne peux pas vraiment constater un avant / après.

Toutefois, les effets positifs du jeûne intermittent ont été démontrés par de nombreuses études scientifiques. On sait qu’il est bénéfique en cas de chimiothérapie (moins d’effets secondaires ressentis, plus d’efficacité des traitements). Chez certaines personnes, on constate une perte de poids, le métabolisme fonctionnant mieux. Chez d’autres, une diminution progressive des problèmes de santé de type allergiques ou inflammatoires et bien sûr, un regain de vitalité.

Je le conseille donc à de nombreuses personnes que je suis en tant que Naturopathe.

Et vous, pratiquez-vous le jeûne intermittent ?

Quels effets positifs avez-vous pu constater sur votre santé ?

Cet article Le jeûne intermittent est apparu en premier sur Save the Green.